La situation économique dans le monde à l’heure de la crise financière mondiale



Regard sur les impacts de la crise économique et financière à travers le monde…

Creative Commons par smig44_uk

Les impacts de la crise financière mondiale aux Etats-Unis

La crise financière de 2008 découle comme on le sait du système économique et financier américain. Son apparition a tout d’abord ébranlé l’économie américaine et a entraîné des conséquences désastreuses dans beaucoup de domaines. C’est le monde de la finance qui a été le premier touché par la crise, enregistrant la faillite de nombreuses sociétés financières. Pas moins de 84 sociétés de crédit hypothécaires ont été mises en liquidation au cours de l’année dernière. La chute des cours boursiers a été aussi importante... et ainsi, Bank of America, la première banque américaine en terme de capitalisation a connu une baisse de ses titres de 26 %. Mais les effets de la crise se sont par la suite étendus dans presque tous les domaines, de l’industriel jusqu’au social. Tout cela engendre une hausse du chômage qui touche en fin de l’année plus de deux millions de personnes.

Les effets de la crise financière mondiale en France

La crise financière a eu d’importantes conséquences en Europe et particulièrement en France où elle a entraîné la mise en place de nouvelles politiques économiques. L’Etat a en effet pris un rôle de plus en plus important dans le secteur économique : des crédits ont été accordés et de nouveaux fonds de garantie ont été mis en place pour les banques et les assurances. Cela a permis de diminuer et de limiter les conséquences. Mais, sur le plan social, les français n’ont pas été épargnés par les licenciements et l’inflation. Les industriels français, notamment ceux du secteur automobile, ont procédé à la compression de leur personnel et à la diminution de leurs activités. C’est ainsi que chez Renault, plus de 6 000 emplois ont été supprimés durant l’année 2008. De son côté, la filiale Nissan a licencié environ 1 600 personnes. L’économie française est entrée dans une phase de récession et un recul de la croissance a été constaté. Comme dans les autres pays touchés par la crise, la Bourse a aussi été durement touchée et une forte baisse des cours a été constatée.

La situation économique en Chine à l’heure de la crise financière mondiale

La Chine subit aussi les effets de la crise financière née aux Etats-Unis. L’interdépendance entre les économies américaines et chinoises a causé des problèmes financiers à de nombreuses entreprises chinoises. Les secteurs les plus touchés sont le textile, la fabrication de jouets et de chaussures. La majorité des entreprises qui exportaient vers les Etats-Unis ont vu leurs marchandises retournées. Leurs clients américains ont été mis en faillite et n’arrivent plus à payer leurs commandes. Financièrement, le montant des dettes des entreprises américaines vis-à-vis les sociétés chinoises s’élève pendant la crise à environ 100 millions de dollars, ce qui a causé la fermeture de nombreuses entreprises exportatrices chinoises et une hausse du chômage. Néanmoins, le secteur financier chinois est resté assez stable et n’a subi que de faibles conséquences de la crise. De plus, un fonds de croissance de plus de 4 000 milliards de yuans a été mis en place par le gouvernement pour limiter les effets de la crise dans le pays.

Les impacts de la crise au Moyen-Orient

La crise financière a également touché les places boursières du Moyen-Orient. Des pays comme l’Egypte ou l’Arabie Saoudite ont connu des chutes notables de leurs bourses dès le début de la crise. Pour le premier, l’indice boursier a diminué de 16 % au début de la crise et pour le second, une baisse de 7 % a été constatée. Les impacts économiques et sociaux restent toutefois minimes par rapport aux phénomènes de chômage et d’inflation qui ont touché les grands pays occidentaux. La crise a principalement affecté le secteur financier. Moins dépendants des pays occidentaux pour les relations commerciales, les pays du Moyen-Orient ont été jusqu’à présent épargnés par les conséquences de la faillite des grandes sociétés américaines et européennes.

Les conséquences de la crise en Afrique

Le continent africain reste moins affecté par la crise financière mondiale. Le système financier africain est généralement autonome et indépendant de ses relations avec les économies occidentales, ce qui permet un ralentissement des effets de la crise pour l’Afrique. Toutefois, des conséquences à plus long terme sont attendues à cause de la diminution des différents prêts et aides au développement accordés à l’Afrique. Ces aides internationales sont parfois essentielles à la bonne marche et à la stabilité économique des pays africains, ce qui annonce des suites néfastes importantes pour le continent. La crise a aussi touché les pays les plus pauvres du continent qui ont vu leurs échanges économiques avec les pays occidentaux chuter brusquement.

Commentaires

5 Reponses a “La situation économique dans le monde à l’heure de la crise financière mondiale”

  1. charlemagne le février 1st, 2009 18:18

    Bonsoir
    Il est étonnant que les Français soient en léthargie devant ce désastre provoqué par les Juifs mondiaux de la finance dont les USA sont un exemple évident avec les amis de BUSH le corrompu
    E n France nous avons un agité ridicule SARKOZY MALLAH Nagy Bosca ptit canard maghiar en provenance du Caucase ,du peuple Khazar Ashkénase ,il fera comme ses amis les Yankee’s US ,
    Les Français de souche doivent se lever ,nous en avons assez de ces Francs Maçons Juifs qui gouvernent la France,nous vivons les mêmes périodes que 1938 qui a abouti a la deuxième guerre mondiale
    charlemagne

  2. François Montandon le février 17th, 2009 17:24

    La question est de savoir quel sera l’impact social de la crise… pour l’instant, tout à l’air plutôt calme. A voir… surtout en Chine, pays où la protection sociale est quasi nulle… Ces millions de chinois qui seront renvoyés dans des wagons à bestiaux dans leur campagnes pourraient se réveiller…

  3. Natsuko le mars 3rd, 2009 1:51

    Ca c’est de la réponse constructive Charlemagne… En effet, c’est les juifs la cause de tout. D’ailleurs, quand je marche dans une merde sur le trottoir, c’est aussi la faute des juifs, car tout le monde sait que les juifs font leurs besoins dans la rue… de plus, quand dans le monde des millions de personnes meurrent du SIDA c’est aussi la faute des juifs, car tout le monde sait que les juifs ont créés le virus du SIDA pour exterminer le monde…

    La télévision crée trop de ravage…éteingez là…

    Pour en revenir à la « crise », la seule chose de vrai dans tout ce que l’on peut entendre, c’est que les gens ont peur… mais seulement de leur connerie…
    A entendre les fonctionnaires, la crise leur fait peur… peur de quoi ? on en sait rien, ils ont la sécurité de l’emploi, un assez bon salaire, mais ils ont peur… les chômeurs, pareil, pourtant pour eux non plus rien a changé, ils n’avaient pas de boulot, et ils n’en n’ont toujours pas… mais ils ont peur…
    Comme le disait un p’tit gars interviewé à la radio, la crise, c’est une crise de riche…
    Pour mon cas, j’ai aucune économie à la banque, j’suis étudiant touchant une bourse de l’état, et depuis la crise rien n’a changé, j’ai toujours pas d’économie, j’suis en galère toute les fins de mois, les flics me collent toujours des PV pour stationnement non autorisé, et mon chien n’est toujours pas capable d’aller ramener une balle quand on lui lance…

    Vivez, la crise ne touche qu’un million de personnes (les plus démunies) qui ne représentent que 2% de la population française, donc surement pas vous, alors vivez, dépensez et profitez, arrétez d’avoir peur du marchant de sable…

  4. muichkine le mai 9th, 2009 5:02

    Réponse à Charlemagne, je sais, je réponds un peu tard aux inepties que je lis! Accuser un groupe me semble un peu simpliste comme raisonnement et dangereux! Peut être serait-il judicieux d’enfin s’interroger sur le fonctionnement social et économique… le ET est essentiel, l’un ne peu pas aller sans l’autre, la thèse du bouc émissaire conduit à des catastrophes humaines, il faudrait peut être enfin s’interroger sur le fonctionnement réel de la société dans laquelle nous vivons!, le peu de démocratie des structures de décision à tous les niveaux devraient nous amener à réfléchir, mais pour cela il faut lire et peut être changer de conception du monde. Le thème de la crise financière est de fait rebattu, se faisant il crée une psychose dont nous ne pourrons sortir qu’à très long terme du fait des anticipations (Keynes) qui seront dans tous les cas négatives la non intervention des états sera économiquement catastrophique mais son intervention même massive sera tout aussi préjudiciable dans la mesure où il va par cette action créer un sentiment et un comportement de précaution de la part des ménages.
    Plutôt que d’imputer la crise actuelle à un « groupe religieux » il serait plus constructif de s’interroger sur les fondements même de notre sociétés, sur ses valeurs,
    J’en profite pour dire que le fait que l’on veuille supprimer l’enseignement de sociologie dans la filière ES en lycée est une hérésie totale!…réfléchissons l’achat d’un bien ne correspond pas qu’à son prix…ce que nous enseigne le libéralisme.
    Autre point: nous pourrions sans problème transformer un slogan connu : travailler plus pour gagner plus en travailler plus pour être exploité plus …
    Il ne s’agit pas de défendre ici une thèse bêtement marxiste…une sorte de marxisme de base mais d’essayer de réfléchir sur les fondements, les valeurs de notre société, qui qu’on le veuille ou non connaîtra à terme d’autre problème autrement plus grave que la crise financière actuelle, notamment des problèmes écologiques liés à la société mondiale de consommation qui est la notre…il serait peut être temps de repenser l’organisation de l’humanité…avons nous vraiment dépassé l’homme de la préhistoire
    bonne nuit…

  5. serge cici le mai 21st, 2012 14:04

    ça ne va pas tarder à affecter l’Afrique puisqu’ille dépand trop de ces échanges avec les ses continents affectés

Vous avez quelque chose a dire?