Russie: Dmitri Medvedev… continuité ou rupture ?



Dmitri Anatolievitch Medvedev (en russe : Дмитрий Анатольевич Медведев ), grand favori à la prochaine élection présidentielle russe montra-t-il à tous une rupture dans la façon de gouverner le territoire de la Fédération de Russie, ou sera-t-il un pion au service de l’actuel dépositaire du pouvoir présidentiel Vladimir Poutine?

En ce qui concerne une hypothétique rupture dans la gouvernance du pouvoir présidentiel, rien n’est moins sûr… Il faut avant tout mettre en avant le parcours plus qu’incongru du « grand favori » de ces prochaines élections. Parcours mitigé qui nous rappel celui de Vladimir Poutine sous l’égide de la corporation Elstine. A défaut de retrouver un soutien financier de la part des oligarques, celui des « silovikis » est omniprésent.

Dmitri Medvedev
Dmitri Medvedev au Forum économique de Davos en 2007. Photo sous licence creative commons par World Economic Forum

Tout dans la configuration actuelle des choses tend à nous faire penser que Medvedev n’est autre que le sosie de Poutine à la seule différence que ce dernier à refondu le gouvernement ainsi que l’économie russe en plaçant des « anciens collègues » aux postes clés faisant ainsi un blocage du processus démocratique du pays et un « no man’s land » au sein du gouvernement. Ce n’est pas une promotion qui est offerte à Medvedev, c’est un droit au silence et à la soumission politique.

Cependant personne ne peut prévoir à l’avance les réaction de ce dernier une fois au plus haut poste…. Sera-t-il un pion comme résumé précédemment ou fera-t-il un retournement de situation politique ainsi qu’une ouverture à « l’Ouest » car bon nombres d’observateurs occidentaux mettent en avant une approche « extérieure » du futur « maître du Kremlin »…

Affaire à suivre donc…

Topol

...

Commentaires

2 Reponses a “Russie: Dmitri Medvedev… continuité ou rupture ?”

  1. nicolas le février 3rd, 2008 23:15

    C’est vrai que pour le moment, on voit surtout la main de Poutine. Mais ce genre de situation peut réveler des surprises : celui qui se fait avoir n’est pas forcément celui que l’on croit.

  2. Serge Baillargeon le février 6th, 2008 1:01

    J’ai comme l’impression qu’il faudra davantage un changement de président pour sortir la Russie de l’emprise des oligarques. On verra bien, la Russie reste un pays pleins de surprises.

Vous avez quelque chose a dire?