L’indépendance du Kosovo et la question serbe: La lente agonie de la Yougoslavie



L’Europe comptera sûrement bientôt un nouveau membre: le Kosovo. La province serbe a en effet annoncé qu’elle proclamera son indépendance très prochainement. Elle a déjà le soutient de l’Union européenne et des Etats-Unis. La question du Kosovo est très ancienne, et elle est inséparable de la question serbe. Petit retour en arrière en trois parties.

Tensions latentes entre peuples en Yougoslavie

Sur les vestiges de l’Europe décimé par la Première guerre mondiale, naît dans les Balkans le Royaume des Serbes, Croates et Slovènes, Après une dure occupation allemande et italienne, Josip Broz Tito et ses Partisans fondera La République fédérale socialiste de Yougoslavie. En Yougoslavie, il n’y a pas de minorité à proprement parler. C’est une mosaïque de peuples, de religions (catholicisme, orthodoxisme, islam) et de langues. En regardant une carte des répartitions géographiques des divers peuples yougoslave, on se rend compte qu’ils s’enchevêtrent et se rencontrent dans de nombreuses régions. La Yougoslavie ne doit pas toutefos être érigé en modèle absolu de cohésion des peuples. La violence de la guerre civile témoigne de tentions latente, resurgis à la mort de Tito en 1980. C’est pourquoi il faut revenir sur les événements.

carte yougoslavie

Accession de Slobodan Milosevic en Serbie

En 1987, Slobodan Milosevic accède à la tête de la ligue des communistes de Serbie sur un programme considéré comme « nationaliste ». Il se pose en effet comme le défenseur des Serbes en Yougoslavie, en Serbie, et plus particulièrement au Kosovo. Pour comprendre, reprenons un peu en arrière. Au Kosovo la population albanaise est de plus en plus nombreuse. En 1961, les Serbes constituaient un quart de la population du Kosovo. Compte tenu d’une plus grande natalité albanaise, ils n’en représentent plus qu’un dixième De nombreux Serbes estiment que les Albanais veulent pousser hors du Kosovo les Serbes. Les Serbes ont un attachement particulier au kosovo. En 1389, à la bataille du Champ du merle (du « Kosovo »), le royaume de Serbie perd la province au profit des Turcs. Au XIXe siècle, l’Empire ottomans accepte l’arrivée de Serbe au kosovo. En 1878, des Serbes sont massacrés par les Albanais. En 1912, le Kosovo revient à la Serbie indépendante. Les Albanais considèrent le pouvoir serbe comme une armé d’occupation.

Yougoslavie – Un puzzle de peuple en crise

La Yougoslavie titiste ne réglera pas le problème. Le pays est divisé en six Républiques (Slovénie, Croatie, Bosnie-Herzégovine, Serbie, Monténégro, Macédoine). Le Kosovo n’obtient pas le droit à disposer une République. En 1974, le Kosovo et la Voïvodine (peuplé d’une minorité hongroise) accèdent à une certaine autonomie au sein de la Serbie. Dans les années 1980, la Yougoslavie est prise dans une grave crise économique, et une remise en cause de l’Etat unitaire. Ces deux phénomènes se superposent. Les République les plus riches, à savoir la Slovénie (1/3 du PNB yougoslave) et la Croatie, accuse les régions les plus pauvres (les plus méridionales) de dilapider leurs richesses.

Milosevic

Crise du modèle Yougoslave

Le modèle yougoslave est en crise. La Slovénie montre de moins en moins d’intérêt à participer à la vie de la fédération, notamment au niveau des symboles. La jeunesse slovène déserte l’armée fédérale (JNA), certes par anti-militarisme, mais aussi par refus de participer à l’élément le plus fort et symbolique de l’unité yougoslave. Les opinions indépendantistes, autrefois réprimées sous Tito, (re)surgissent.

Nationalisme comme arme Serbe

De son coté la Serbie de Slobodan Milosevic se fait le chantre de l’unité yougoslave et du peuple serbe. Usant d’une rhétorique nationaliste, le dirigeant serbe dessine le portrait d’un peuple serbe opprimé par les siècles, toujours en proies à des dangers. Ce sont les visées séparatistes des Croates qui sont pointé. Il ne faut pas négliger le recours de ce discours par Milosevic pour conquérir le pouvoir, et le conserver. En 1986, la presse révèle le contenu du désormais célèbre mémorandum de l’Académie serbe des sciences et des arts, qui ne devait pas être destiné à sortir. Ce rapport rédigé par des intellectuels serbes doit fournir des réponses à la mauvaise santé de la République. Le rapport accuse les Albanais du Kosovo de préparer une purification ethnique de la minorité serbe.

Doutes yougoslaves

Le président Milosevic partage ce genre d’opinion en vogue en Serbie. En 1989, il ordonne la suppression de l’autonomie des provinces de Voïvodine et de Kosovo, exacerbant les tensions. Au-delà des tensions et des préjugés entre Serbes et Albanais, il faut comprendre la décision. Les deux provinces autonomes avaient la possibilité de bloquer des lois serbes pour leur province, mais aussi pour toute la Serbie. De nombreux Serbes se sentent prisonnier du choix des Albanais. La même année, les mineurs Albanais se mettent en grève. Ils seront réprimés par la police serbe. La Slovénie se sent solidaire du Kosovo, alors qu’elle vilipendait il y a peu la province la plus pauvre, de prendre ses richesses.

La suite de l’article:

2eme partie: La guerre des peuples de la Yougoslavie.

3eme partie: La Serbie et le Kosovo face à leurs destins

...

Commentaires

2 Reponses a “L’indépendance du Kosovo et la question serbe: La lente agonie de la Yougoslavie”

  1. Ras Amadeüs Bongo le février 18th, 2008 4:17

    Donne une chance au Kosovo,qu’il trouve sa voie et son équilibre.
    Unissons nous et aidons le ! Là,nous serons constructifs.
    Paix et Amour au Kosovo.
    Fraternité.
    Ras Amadeüs Bongo.

  2. PRISHTINA le février 3rd, 2011 0:49

    kosovo —-KOSOVA REPUBLIC OF KOSOVO

Vous avez quelque chose a dire?